Mail Messagerie    Facebook         Twitter     English    عربي    
Mail
Accueil > Université > Actualités > Contribution Oscar Niemeyer, architecte de l’USTHB

Contribution
Oscar Niemeyer, architecte de l’USTHB

Au nom de la communauté universitaire de l’université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene, enseignants, étudiants, travailleurs, je voudrai rendre hommage à la mémoire d’Oscar Niemeyer, l’architecte qui a conçu cette université, et présenter nos condoléances à sa famille et au peuple brésilien.

Ayant eu le privilège de participer en partie à la réalisation du projet, et ensuite de vivre dans cette université depuis son ouverture en 1974, je voudrai apporter quelques précisions. Dans un article de votre journal du 8 décembre 2012, des commentaires sont faits sur la relation d’Oscar Neimeyer avec l’USTHB. Il est fait état de « désaccord avec Boumediene sur le projet », en rapportant des propos tenus par Neimeyer à Salah Guemriche. Je ne suis en mesure de préciser la nature de ces désaccords. J’ai eu à m’occuper du projet à partir de 1972, lorsque feu Mohamed Seddik Benyahia, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, m’a demandé de constituer une équipe d’universitaires algériens pour le suivi du projet. L’esquisse architecturale était déjà adoptée et deux parties, ce que nous appelons aujourd’hui le bâtiment A des classes et les douze premiers amphithéâtres, ainsi que les trois premiers instituts, biologie, chimie et physique, étaient en cours de réalisation. Je précise que le « programme pédagogique » avait été élaboré par une équipe d’universitaires brésiliens, refugiés à Paris pour fuir la

dictature militaire au pouvoir à l’époque au Brésil, que l’entreprise de réalisation était la DNC-ANP et que les études étaient menées par deux bureaux d’études, l’un brésilien, Rabello, et l’autre Algérien, le jeune BEREG. J’ai eu peu d’occasions de discuter directement avec Niemeyer qui faisait de brefs séjours à Alger, mon interlocuteur était son assistant brésilien l’architecte qui dirigeait sur place le projet (un deuxième architecte brésilien viendra renforcer l’équipe ultérieurement). Neimeyer avait comme interlocuteurs Feu le Ministre Benyahia et le Directeur Général de la DNC-ANP, Feu le colonel Abdelmadjid Aouchiche. Le projet architectural était précisé au fur et à mesure de l’évolution du chantier. Plusieurs problèmes étaient apparus. Sans entrer dans trop de détails, deux problèmes majeurs sont apparus. Le projet prévoyait une tour au centre d’une dizaine d’étages comme à Constantine. Elle figure dans la maquette présentée au président Boumediene (photo sur la brochure 38ème anniversaire. www.usthb.dz/présentation). Une objection avait été soulevée par l’aéroport d’Alger au sujet de la tour. Le deuxième problème était lié à l’existence de constructions en sous-sol (dans tous les instituts, à la bibliothèque centrale dont la réserve était en sous-sol et au restaurant universitaire dont les cuisines étaient en sous-sol). La construction des premiers bâtiments montrait que ces sous-sols étaient inondables et allaient devenir une source de grosses difficultés de fonctionnement. J’avais attiré l’attention de Benyahia, qui avait demandé à Niemeyer de revoir ces aspects. Seraient-ce les points de désaccord avec Boumediene mentionnés ? Je l’ignore. Toujours est-il que Niemeyer a pris en compte ces observations. Nous avons demandé aussi que l’université soit bâtie autour de la bibliothèque plutôt qu’autour du bâtiment d’administration rectorale. Les solutions retenues ont été :

- La suppression des sous-sols pour tous les bâtiments dont les fondations n’avaient pas été encore coulées (les trois instituts d’électronique, des sciences de la terre et de métallurgie-ce dernier sera changé en institut de chimie industrielle), la bibliothèque (les réserves de livres étaient mises au rez- de- chaussée et la salle de lecture à l’étage), le village universitaire qui fut agrandi pour mettre les cuisines au rez- de- chaussée. Enfin, l’administration rectorale était placée dans deux bâtiments, l’un, R+2 de petite dimension pour le rectorat et l’autre un long bâtiment à un seul niveau pour les services de la scolarité et l’administration. Enfin, vers 1976, une autre décision fut prise de « dédoubler » le bloc pédagogique (construction d’un bâtiment B de classes et de douze nouveaux amphithéâtres) par symétrie, l’évolution des effectifs d’étudiants montrant que la pédagogie allait connaître de grosses difficultés de locaux. Faut-il rappeler que le « projet pédagogique » initial de l’Université des Sciences et de la Technologie d’Alger (USTA- avant qu’elle ne devienne USTHB) était la construction d’une université pour huit mille (8000) étudiants.

Ces « détails » font partie de l’histoire de l’USTHB. L’article se termine par un commentaire indiquant « que les travaux sont restés incomplets par rapport au projet initial et que, plus grave, il y a eu des extensions qui ont dénaturé l’architecture originale ». Sans vouloir entamer une polémique, qui serait pour le moins déplacée dans ce contexte, il est utile de préciser que le projet architectural a été totalement réalisé, avec quelque retard certes, à l’exception de la zône sportive. L’auditorium est opérationnel depuis une dizaine d’années. L’idée qu’une université est construite pour être figée et ne subit aucune extension est assez singulière. Un concours d’idées avait été lancé à l’occasion du 38ème anniversaire de l’USTHB sur le thème « comment voyez-vous l’USTHB en 2074 ? » (ce sera le centenaire de son ouverture). Les extensions nécessaires réalisées et en projet, respectent scrupuleusement l’œuvre architecturale d’Oscar Niemeyer et ne touchent aucun bâtiment construit. Toutes ces extensions sont situées en périphérie (laboratoires de travaux pratiques, faculté de mathématiques, laboratoires de recherche) et les cahiers de charge exigent des bureaux d’études soumissionnaires de s’inspirer de l’architecture existante. Tout visiteur pourra vérifier que les volumes conçus par Oscar Niemeyer n’ont pas été dénaturés. Nous signalions plus haut que le projet initial a été conçu pour 8000 étudiants. Ce nombre a été révisé à 12.000 après le « dédoublement du bloc pédagogique ». En cette année 2012-2013, 32.000 étudiants sont inscrits à l’USTHB. En ses trente huit ans d’activité, l’USTHB a formé plus de soixante mille diplômés de graduation, (DES, Ingénieurs, Masters,…), plus de quatre mille magisters soutenus et plus de mille deux cents doctorats soutenus. Bien sûr, l’utilisation intensive chaque année par des dizaines de milliers d’étudiants, l’emprunte inévitable du temps ne sont pas sans conséquences sur l’état des infrastructures et des installations. L’USTHB prévoit une grosse opération de réhabilitation pour son quarantième anniversaire.

La contribution d’Oscar Niemeyer, architecte engagé, à la construction de l’Algérie indépendante est là, à Bab-Ezzouar, à Constantine, etc. Qu’il repose en paix.

 

Condoléances

Le Professeur Benali Benzaghou, Recteur de l’Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene (Bab-Ezzouar-Alger) et toute la communauté universitaire présentent à la famille d’Oscar Niemeyer et au peuple Brésilien ses condoléances pour la disparition de ce grand homme. Il a laissé une grande œuvre dans le monde, l’USTHB en fait partie.

Pr. Benali Benzaghou

Recteur de l’USTHB

Lire aussi sur :
Liberté (page 10)
El Watan (page 16)
Djazair News (page24)

Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene, BP 32 EL ALIA 16111 BAB EZZOUAR ALGER.

Téléphone:+213 21 24 79 50 à 60 Fax: +213 21 24 79 04. - Email: webmaster@usthb.dz  -  © CRI-USTHB 2012

.