Mail Messagerie    Facebook         Twitter     English    عربي    
Mail
Accueil > Recherche > Laboratoire de Recherche

Laboratoire de Recherche

Laboratoire de Dynamique et Biodiversité


Description succincte
Outre le changement global climatique qui provoque le réchauffement de la planète et de nombreuses catastrophes qui sont responsables de la perturbation de l’environnement, l’homme ne cesse d’accentuer ce phénomène par la destruction d’habitats naturels pour la construction de barrage, déviation de cours d’eau, introduction d’espèces sans aucune étude d’impact, pollution urbaine, industrielle et agricole.

Les écosystèmes aquatiques et terrestres sont très diversifiés, ils offrent une grande variété d’habitats pour la flore et la faune qu’ils abritent. L’ensemble des processus de diagnostic des biocénoses ou des écosystèmes par l’utilisation directe de variables biologiques s’est ainsi progressivement imposé comme moyen d’apprécier la qualité des écosystèmes car elles présentent un certain nombre d’avantages et de complémentarités par rapport aux variables physico-chimiques. Elle relève d’une démarche déjà ancienne dite de « bioévaluation ».

La bioévaluation permet de progresser dans la compréhension du déterminisme des dysfonctionnements par des approches zoologiques, de développer et d’améliorer la pertinence des outils existants. Elle amène à des fonctions d’alarme par la détection et la quantification de l’intensité d’une perturbation. L’utilisation de variables biologiques s’est ainsi progressivement imposée comme moyen d’apprécier la qualité des écosystèmes car elles présentent un certain nombre d’avantages et de complémentarités par rapport aux variables physico-chimiques. Les variables biologiques présentent également un caractère intégrateur de la diversité des variables perturbatrices.

En effet, les organismes vivants sont sensibles à une large gamme d’impacts physiques, chimiques et biologiques, et sont susceptibles de réagir de façon plus ou moins spécifique et plus ou moins graduée aux modifications du milieu. On peut également évaluer la qualité du sol ou de l’eau en se basant sur la signification écologique des variations spécifiques de différents groupes zoologiques en recherchant les descripteurs les plus discriminants ou les variables redondantes sur plusieurs cycles annuels. Le but est d’identifier une ou plusieurs espèces qui puissent servir de bio-indicateur. Dans le même temps, par une approche fonctionnelle, sont étudiés les mécanismes qui relient l’état trophique dans le ou les peuplements étudiés, ainsi que les causes de divergences possibles.

L’étude de la structure fonctionnelle des peuplements composant les différents écosystèmes permet de séparer les différents types de pollution. Les caractéristiques biologiques, des invertébrés et des vertébrés considérés, semblent donc bien représenter un outil extrêmement intéressant pour établir un diagnostic de pollution, c’est à dire pour la bio-indication. Cette méthode est en effet sensible aux différents types de pratiques agricoles qui impliquent l’utilisation de différents types de pesticides et de fongicides (à différentes concentrations), et souvent même plus sensible que l’étude uniquement basée sur les espèces, c’est à dire sans tenir compte du rôle que jouent ces espèces dans l’écosystème.

Plusieurs travaux portant sur les écosystèmes naturels ont été consacrés à la valeur bio indicative des Arachnides, des insectes et d’autres ordres qui appartiennent aux Arthropodes, Rongeurs et les Oiseaux, leur importance n’est plus à démontrer

Directeur : ARAB Abdeslem
Adresse : USTHB, FSB, BP32 EL ALIA, BAB EZZOUAR, ALGER, ALGERIE.
Tel : 021 24 79 13
Fax : 021 24 72 17
Mail :
Site du laboratoire : http://www.ldb.usthb.dz

Retour

Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene, BP 32 EL ALIA 16111 BAB EZZOUAR ALGER.

Téléphone:+213 21 24 79 50 à 60 Fax: +213 21 24 79 04. - Email: webmaster@usthb.dz  -  © CRI-USTHB 2012

.